Respecter la vie humaine

Le Sénat a adopté mercredi 5 décembre une proposition de loi visant à mettre en place un régime d'autorisation sur la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires. Or, l'article 46 de la loi de bioéthique de 2011 prévoit que : « Tout projet de réforme sur les problèmes éthiques et les questions de société soulevés par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé doit être précédé d'un débat public sous forme d'états généraux ». Mgr d'Ornellas, qui a animé au nom de l'Eglise en France le dialogue de la qualité que l'on sait, préparant cette loi de 2011, s'exprime dans le communiqué ci-joint au nom de la Conférence des Evêques de France.

"Pardon, je suis une personne" par Mgr d'Ornellas

Hier, un « sage » du Palais du Luxembourg m'a étiqueté d'un étrange nom : « bébé-thalys ». J'en suis tout remué ! Quel avenir me préparez-vous par vos noms ? Pour vous, qui suis-je ?

En 1994 et 2004, j'étais le « grand absent » des lois de bioéthique qui, pourtant, statuaient sur les conditions de ma conception. Tout le monde me désirait. Aucun ne parlait de moi. Étais-je leur rêve ou un mythe ? Aujourd'hui, certains m'imaginent de tel sexe ou avec tel trait. D'autres me veulent « zéro défaut ». Votre diagnostic prénatal est en vue de me guérir in utero. Pourquoi donc vouloir me dépister systématiquement ? Mon nom serait-il « bébé-problème » ? Dois-je être traqué ? Faites donc confiance au soignant qui aide ma mère, surtout s'il me croit vulnérable !

 

(lire la suite)

Pour en savoir plus

Vous retrouverez une liste de textes officielles de l'Eglise sur la recherche embryonnaire sur cette page du site de la conférence des évêques de France.