Pour suivre l'actualité de l'Eglise et découvrir l'ensemble des textes et discours de notre pape, n'hésitez pas à consulter le site du Vatican (en cliquant sur l'image ci-contre)


La prière des 5 doigts de la main du Pape François

 

Il y a vingt ans, le Pape François, alors évêque de Buenos

Aires a écrit une prière qui est devenue très populaire en

Argentine. C’est une prière très simple. Une prière « à portée de

la main ».

 

1. Le pouce est le doigt le plus proche de nous. Donc,

commencer par prier pour ceux qui nous sont le plus proches.

Ce sont les personnes les plus susceptibles de revenir à nos

mémoires. Prier pour les gens qui nous sont chers est un « doux

devoir ».

 

2. Ensuite l’index. Prier pour ceux qui enseignent, ceux qui

s’occupent de l’éducation et des soins médicaux : pour les

enseignants, les professeurs, les médecins et les prêtres, les

catéchistes. Ils ont besoin de soutien et de sagesse afin qu’ils

puissent montrer le droit chemin aux autres. Ne les oublions pas

dans nos prières.

 

3. Le doigt qui suit est le majeur, le plus long. Il nous

rappelle nos gouvernants. Prier pour le Président, pour les

députés, pour les entrepreneurs et pour les administrateurs. Ce

sont eux qui dirigent le destin de notre pays et sont chargés de

guider l’opinion publique. Ils ont besoin de l’aide de Dieu.

 

4. Le quatrième doigt est l’annulaire. Bien que cela

puisse surprendre la plupart des gens, c’est notre doigt le plus

faible, et tout professeur de piano peut le confirmer. Nous

devons nous rappeler de prier pour les faibles, pour ceux qui

ont beaucoup de problèmes à résoudre ou qui sont éprouvés par

la maladie. Ils ont besoin de nos prières jour et nuit. Il n’y aura

jamais trop de prières pour eux. Nous sommes invités aussi à

prier pour les mariages.

 

5. Et enfin, il y a notre auriculaire, le plus petit de tous les

doigts, aussi petit que nous devons nous tenir devant Dieu et

devant les autres. Comme le dit la Bible, « Les derniers seront

les premiers ». Le petit doigt est là pour nous rappeler que nous

devons prier pour nous-mêmes.

Ce n’est que lorsque nous avons prié pour les quatre autres

groupes, que nous pourrons le mieux identifier nos besoins et

donc prier pour nous, en toute confiance.

CATÉCHÈSES

Chers frères et sœurs, bonjour !

Nous avons réfléchi lors des dernières catéchèses sur les trois premiers dons du Saint-Esprit : la sagesse, l’intelligence et le conseil. Aujourd’hui, pensons à ce que fait le Seigneur : Il vient toujours nous soutenir dans notre faiblesse et il le fait avec un don spécial : le don de la force.

Il y a une parabole, racontée par Jésus, qui nous aide à saisir l’importance de ce don. Un semeur sort pour semer ; mais toute la semence qu’il répand ne porte pas du fruit. Ce qui finit sur la route est mangé par les oiseaux ; ce qui tombe sur le terrain caillouteux ou au milieu des buissons germe, mais se trouve rapidement séché par le soleil ou étouffé par les ronces. Seul ce qui finit sur le bon terrain peut croître et donner du fruit (cf. Mc 4, 3-9 // Mt 13, 3-9 // Lc 8, 4-8). Comme l’explique Jésus lui-même à ses disciples, ce semeur représente le Père, qui répand en abondance la semence de sa Parole. La semence, toutefois, se heurte souvent à la sécheresse de notre cœur et, même lorsqu’elle est accueillie, elle risque de rester stérile. Avec le don de la force, en revanche, le Saint-Esprit libère le terrain de notre cœur, il le libère de la torpeur, des incertitudes et de toutes les craintes qui peuvent le freiner, de manière que la Parole du Seigneur soit mise en pratique, de façon authentique et joyeuse. C’est un vrai secours ce don de la force, il nous rend plus forts, il nous libère aussi de nombreuses entraves.

 

lire la suite en cliquant ici

Catéchèse sur les dons de l'Esprit Saint (4) du 7 mai 2014

Chers frères et sœurs, bonjour !

Nous avons entendu dans la lecture, ce passage du livre des Psaumes qui dit : « Je bénis Yahvé qui s’est fait mon conseil, et même la nuit, mon cœur m’instruit » (Ps 16, 7). Et cela est un autre don du Saint-Esprit : le don du conseil. Nous savons combien il est important, dans les moments les plus délicats, de pouvoir compter sur les suggestions de personnes sages et qui nous aiment. Or, à travers le don du conseil, c’est Dieu lui-même, avec son Esprit, qui illumine notre cœur, de manière à nous faire comprendre la juste manière de parler et de se comporter et le chemin à suivre. Mais comment agit ce don en nous ?

 

lire la suite en cliquant ici

Catéchèse sur les dons de l'Esprit Saint (2) du 30 avril 2014

Chers frères et sœurs, bonjour.

 

Après avoir étudié la sagesse, comme premier des sept dons de l’Esprit Saint, je voudrais attirer aujourd’hui l’attention sur le deuxième don, c’est-à-dire l’intelligence. Il ne s’agit pas de l’intelligence humaine, de la capacité intellectuelle dont nous pouvons plus ou moins être pourvus. Il s’agit en revanche d’une grâce que seul l’Esprit Saint peut donner et qui suscite chez le chrétien la capacité d’aller au-delà de l’aspect extérieur de la réalité et scruter les profondeurs de la pensée de Dieu et de son dessein de salut.

L’âpotre Paul, s’adressant à la communauté de Corinthe, décrit de façon efficace les effets de ce don — c’est-à-dire ce que fait le don de l’intelligence en nous — et Paul dit ceci : « Ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas monté au cœur de l’homme, tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment [...] C’est à nous que Dieu l’a révélé par l’Esprit » (1 Co 2, 9-10).

 

lire la suite en cliquant ici

Catéchèse sur les dons de l'Esprit Saint (1) du 9 avril 2014

Chers frères et sœurs, bonjour !

Nous commençons aujourd’hui un cycle de catéchèses sur les dons du Saint-Esprit. Vous savez que le Saint-Esprit constitue l’âme, la sève vitale de l’Église et de chaque chrétien : c’est l’Amour de Dieu qui fait de notre cœur sa demeure et entre en communion avec nous. Le Saint-Esprit est toujours avec nous, il est toujours en nous, dans notre cœur.

L’Esprit lui-même est « le don de Dieu » par excellence (cf. Jn 4, 10), il est un cadeau de Dieu, et à son tour il communique à celui qui l’accueille divers dons spirituels. L’Église en identifie sept, un nombre qui symboliquement signifie plénitude, totalité; ce sont ceux que l’on apprend quand on se prépare au sacrement de la confirmation et que nous invoquons dans l’antique prière dite « Séquence au Saint-Esprit ». Les dons du Saint-Esprit sont : sagesse, intelligence, conseil, force, science, piété et crainte de Dieu.

 

lire la suite en cliquant ici

Catéchèse sur les sacrements du 2 avril 2014 : Le mariage

Catéchèse sur les sacrements du 26 février 2014 : l'Onction des malades

Catéchèse sur les sacrements (6) du 19 février 2014 : la Réconciliation

Chers frères et sœurs, bonjour !

À travers les sacrements de l’initiation chrétienne, le baptême, la confirmation et l’Eucharistie, l’homme reçoit la vie nouvelle dans le Christ. Or, nous le savons tous, nous portons cette vie « dans des vases d’argile » (2 Co 4, 7), nous sommes encore soumis à la tentation, à la souffrance, à la mort et, à cause du péché, nous pouvons même perdre la vie nouvelle. C’est pourquoi le Seigneur Jésus a voulu que l’Église continue son œuvre de salut également à l’égard de ses propres membres, en particulier avec le sacrement de la réconciliation et celui de l’onction des malades, qui peuvent être réunis sous le nom de « sacrements de guérison ». Le sacrement de la réconciliation est un sacrement de guérison. Lorsque je vais me confesser c’est pour me guérir, me guérir l’âme, me guérir le cœur et quelque chose que j’ai fait qui ne va pas bien. L’icône biblique qui les exprime au mieux, dans leur lien profond, est l’épisode du pardon et de la guérison du paralytique, où le Seigneur Jésus se révèle à la fois médecin des âmes et des corps (cf. Mc 2, 1-12 ; Mt 9, 1-8 ; Lc 5, 17-26).

 

lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur les sacrements (5) du 12 février 2014 : vivre l'Eucharistie

Chers frères et sœurs, bonjour.

Dans la dernière catéchèse, j’ai mis en lumière comment l’Eucharistie nous introduit dans la communion réelle avec Jésus et son mystère. À présent, nous pouvons nous poser quelques questions à propos du rapport entre l’Eucharistie que nous célébrons et notre vie, en tant qu’Église et en tant que chrétiens individuels. Comment vivons-nous l’Eucharistie ? Quand nous allons à la Messe le dimanche, comment la vivons-nous ? Est-ce seulement un moment de fête, est-ce une tradition consolidée, est-ce une occasion pour se retrouver ou pour se sentir en règle, ou bien quelque chose de plus?

 

lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur les Sacrements (4) du 5 février 2014 : l'Eucharistie

Chers frères et sœurs, bonjour !

Aujourd’hui je vous parlerai de l’Eucharistie. L’Eucharistie se situe au cœur de l’« initiation chrétienne », avec le baptême et la confirmation, et elle constitue la source de la vie même de l’Église. En effet, de ce sacrement de l’amour naît tout authentique chemin de foi, de communion et de témoignage.

Ce que nous voyons quand nous nous rassemblons pour célébrer l’Eucharistie, la Messe, nous laisse déjà imaginer ce que nous allons vivre.

 

lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur les Sacrements (3) du 29 janvier 2014 : la Confirmation

Chers frères est sœurs, bonjour,

Dans cette troisième catéchèse sur les sacrements, nous nous arrêtons sur la confirmation, qui doit être entendue en continuité avec le baptême, auquel elle est liée de manière inséparable. Ces deux sacrements, avec l’Eucharistie, forment un unique événement salvifique, qui s’appelle l’« initiation chrétienne », dans lequel nous sommes insérés en Jésus Christ mort et ressuscité et nous devenons de nouvelles créatures et membres de l’Église. Voilà pourquoi, à l’origine, ces trois sacrements étaient célébrés en un unique moment, au terme du chemin catéchuménal, normalement pendant la veillée pascale. C’est ainsi qu’était scellé le parcours de formation et d’insertion graduelle dans la communauté chrétienne, qui pouvait parfois durer quelques années. On avançait pas à pas pour arriver au baptême, puis à la confirmation et à l’Eucharistie.

lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur les Sacrements (2) du 15 janvier 2014 : le baptême

Chers frères et sœurs, bonjour.

Mercredi dernier, nous avons commencé un bref cycle de catéchèses sur les sacrements, en commençant par le baptême. Et je voudrais m’arrêter sur le baptême aujourd’hui aussi, pour souligner un fruit très important de ce sacrement : il fait de nous des membres du Corps du Christ et du Peuple de Dieu. Saint Thomas d’Aquin affirme que celui qui reçoit le baptême est incorporé au Christ presque comme son membre même et est uni à la communauté des fidèles (cf. Summa Theologiae, III, q. 69, art. 5 ; q. 70, art. 1), c’est-à-dire au peuple de Dieu. A l’école du Concile Vatican ii, nous disons aujourd’hui que le baptême nous fait entrer dans le peuple de Dieu, il fait de nous des membres du Peuple en chemin, un peuple en pèlerinage dans l’histoire.

(...) Pourquoi ?

lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur les Sacrements (1) du 8 janvier 2014

Chers frères et sœurs, bonjour !

Nous commençons aujourd’hui une série de catéchèses sur les sacrements, et la première concerne le baptême. Par une heureuse coïncidence, dimanche prochain est précisément la fête du Baptême du Seigneur.

Le concept de «  sacrement  » se trouve au cœur de la foi chrétienne et renvoie à un événement de grâce, dans lequel Dieu se rend présent et agit dans notre vie. Le Concile Vatican ii, au début de la Constitution sur l’Église, affirme que : « L’Église est, dans le Christ, en quelque sorte le “sacrement”, c’est-à-dire à la fois le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain » (Lumen gentium, n. 1). Cela signifie alors que les sept sacrements prennent forme dans l’Église elle-même, qui, comme sacrement universel, prolonge dans l’histoire l’action salvifique et vivifiante du Christ. C’est Lui qui, avec la force du Saint-Esprit, régénère sans cesse la communauté chrétienne et l’envoie dans le monde pour apporter à tous le salut à travers les paroles et les gestes, à travers la prédication et les sacrements.

1. Le baptême est le sacrement sur lequel se fonde notre foi elle-même et qui nous greffe comme des membres vivants dans le Christ et dans son Église. Avec l’Eucharistie et la confirmation, il forme ce qu’on appelle l’« initiation chrétienne », qui constitue comme un unique grand événement sacramentel qui nous configure au Seigneur et fait de nous un signe vivant de sa présence et de son amour.

Mais une question peut naître en nous : le baptême est-il vraiment nécessaire pour vivre en chrétiens et suivre Jésus ?

lire la suite ici

Catéchèse sur la résurrection de la chair (3) du 11 décembre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour.

Je voudrais aujourd’hui commencer la dernière série de catéchèses sur notre profession de foi, en traitant de l’affirmation « Je crois en la vie éternelle ». Je m’arrête en particulier sur le jugement dernier. Mais nous ne devons pas avoir peur : écoutons ce que dit la Parole de Dieu...

 

      cliquez ici pour lire la suite

Catéchèse sur la résurrection de la chair (2) du 4 décembre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour !

Aujourd’hui, je reviens encore sur l’affirmation : « Je crois en la résurrection de la chair ». Il s’agit d’une vérité qui n’est pas simple et certainement pas évidente car, en vivant plongés dans ce monde, il n’est pas facile de comprendre les réalités futures. Mais l’Évangile nous illumine : notre résurrection est étroitement liée à la résurrection de Jésus ; le fait qu’Il est ressuscité est la preuve que la résurrection des morts existe. Je voudrais alors présenter certains aspects qui concernent le rapport entre la résurrection du Christ et notre résurrection. Il est ressuscité, et parce qu’il est ressuscité, nous aussi, nous ressusciterons.

Avant tout, l’Écriture Sainte elle-même contient un chemin vers la pleine foi en la résurrection des morts...

 

cliquez ici pour lire la suite

Catéchèse sur la résurrection de la chair (1) du 27 novembre 2013

Chers frères et sœurs,

 

Bonjour et tous mes compliments car vous êtes courageux avec ce froid sur la place. Tous mes compliments.

 

Je désire mener à terme les catéchèses sur le « Credo », qui se sont déroulées au cours de l’Année de la foi, qui s’est conclue dimanche dernier. Dans cette catéchèse et dans la prochaine je voudrais considérer le thème de la résurrection de la chair, en saisissant deux de ses aspects tels que les présente le Catéchisme de l’Eglise catholique, c’est-à-dire notre mort et notre résurrection en Jésus Christ. Aujourd’hui, je m’arrête sur le premier aspect, « mourir en Christ ».

Il existe communément parmi nous une manière erronée de considérer la mort. La mort nous concerne tous, et elle nous interpelle de manière profonde, en particulier quand elle nous touche de près, où quand elle frappe les petits, ceux qui sont sans défense d’une manière qui nous semble « scandaleuse ». J’ai personnellement toujours été frappé par cette question : pourquoi les enfants souffrent-ils ? Pourquoi les enfants meurent-ils ?

 

Cliquez ici pour lire la suite

Catéchèse sur le mystère de l'Eglise (15) 13 novembre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour !

Dans le Credo, à travers lequel chaque dimanche nous faisons notre profession de foi, nous affirmons : « Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés ». Il s’agit de l’unique référence explicite à un sacrement à l’intérieur du Credo. En effet, le baptême est la « porte » de la foi et de la vie chrétienne. Jésus Ressuscité laissa cette consigne aux Apôtres : « Allez dans le monde entier, proclamez l'Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé » (Mc 16, 15-16). La mission de l’Église est d’évangéliser et de remettre les péchés à travers le sacrement baptismal. Mais revenons aux paroles du Credo (...)

 

pour lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur le mystère de l'Eglise (14) du 6 novembre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour !

Mercredi dernier, j’ai parlé de la communion des saints, entendue comme communion entre les personnes saintes, c’est-à-dire entre nous croyants. Aujourd’hui, je voudrais approfondir l’autre aspect de cette réalité : vous vous souvenez qu’il y avait deux aspects : l’un, la communion, l’unité entre nous et l’autre aspect la communion aux choses saintes, aux biens spirituels. Les deux aspects sont étroitement liés entre eux (...)

 

pour lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur le mystère de l'Eglise (13) du 30 octobre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour !

Aujourd’hui, je voudrais parler d’une très belle réalité de notre foi, celle de la « communion des saints ». Le Catéchisme de l’Église catholique nous rappelle que cette expression recouvre deux réalités : la communion aux choses saintes et la communion entre les personnes saintes (n. 948). Je m’arrête sur cette seconde signification (...)

 

pour lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur le mystère de l'Eglise (12) du 23 octobre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour !

En poursuivant les catéchèses sur l’Église, je voudrais aujourd’hui tourner mon regard vers Marie comme image et modèle de l’Église. Je le fais en reprenant une expression du Concile Vatican ii. La constitution Lumen gentium dit : « De l’Église, comme l’enseignait déjà saint Ambroise, la Mère de Dieu est le modèle dans l’ordre de la foi, de la charité et de la parfaite union au Christ » (n. 63).

 

pour lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur le mystère de l'Eglise (11) du 16 octobre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour !

Quand nous récitons le Credo, nous disons « Je crois en l’Église une, sainte, catholique et apostolique ». Je ne sais pas si vous avez déjà réfléchi sur la signification qu’a l’expression « L’Église est apostolique». Peut-être, une fois ou l’autre, en venant à Rome, avez-vous pensé à l’importance des apôtres Pierre et Paul qui ont donné leur vie pour apporter et témoigner de l’Évangile.

Mais c’est davantage que cela. Professer que l’Église est apostolique signifie...

 

pour lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur le mystère de l'Eglise (10) du 9 octobre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour !

On voit qu’aujourd’hui, malgré cette affreuse journée, vous êtes courageux : félicitations !

« Je crois en l’Église une, sainte, catholique... ». Aujourd’hui, nous nous arrêtons pour réfléchir sur cette Note de l’Église : disons catholique, c’est l’Année de la catholicité. Avant tout, que signifie catholique ? Ce mot dérive du grec « kath’olòn », qui veut dire « selon le tout », la totalité. Dans quel sens cette totalité s’applique-t-elle à l’Église ? Dans quel sens disons-nous que l’Église est catholique ?

 

pour lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur le mystère de l'Eglise (9) du 2 octobre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour !

Dans le «Credo», après avoir professé : « Je crois en l’Église une », nous ajoutons l’adjectif : « sainte » ; c’est-à-dire que nous affirmons la sainteté de l’Église, et il s’agit d’une caractéristique qui est présente depuis le début dans la conscience des premiers chrétiens, qui s’appelaient simplement « les saints » (cf. Ac 9, 13.32.41 ; Rm 8, 27 ; 1 Co 6, 1), parce qu’ils avaient la certitude que c’est l’action de Dieu, l’Esprit Saint qui sanctifie l’Église.

Mais dans quel sens l’Église est-elle sainte, si nous voyons que l’Église historique, dans son chemin au fil des siècles, a eu tant de difficultés, de problèmes, de moments sombres ? Comment une Église faite d’êtres humains, de pécheurs, peut-elle être sainte ? Des hommes pécheurs, des femmes pécheresses, des prêtres pécheurs, des religieuses pécheresses, des évêques pécheurs, des cardinaux pécheurs, un Pape pécheur ? Tous. Comment une telle Église peut-elle être sainte ?

 

lire la suite, cliquez ici

HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS POUR LA JOURNÉE DES CATÉCHISTES du 29 septembre 2013

(...) Alors, en vous regardant, je me demande : qui est le catéchiste ? C’est celui garde et alimente la mémoire de Dieu, la garde en lui-même et sait l’éveiller chez les autres. C’est beau cela, faire mémoire de Dieu, comme la Vierge Marie qui, face à l’action merveilleuse de Dieu dans sa vie, ne pense pas à l’honneur, au prestige, aux richesses, elle ne s’enferme pas sur elle-même. Au contraire, après avoir accueilli l’annonce de l’Ange et après avoir conçu le Fils de Dieu, que fait-elle ?

 

pour lire en intégralité, cliquez ici

AUDIENCE DU PAPE FRANÇOIS AUX CATÉCHISTES du 27 septembre 2013

(...) C’est peut-être le meilleur héritage que nous pouvons donner : la foi ! Éduquer dans la foi pour qu’elle grandisse. Aider les enfants, les jeunes, les adultes à connaître et à aimer toujours plus le Seigneur est une des plus belles aventures éducatives, on construit l’Église !

 

pour lire en intégralité, cliquez ici

Catéchèse sur le mystère de l'Eglise (8) 25 septembre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour,

Dans le « Credo », nous disons « Je crois en l’Église une », c’est-à-dire que nous professons que l’Église est unique et cette Église est en soi unité. Mais si nous regardons l’Église catholique dans le monde, nous découvrons qu’elle comprend presque 3000 diocèses présents sur tous les continents : tant de langues, tant de cultures ! Ici, il y a des évêques de nombreuses cultures différentes, de nombreux pays. Il y a l’évêque du Sri Lanka, l’évêque d’Afrique du Sud, un évêque d’Inde, il y en a beaucoup ici... Des évêques d’Amérique latine. L’Église est présente dans le monde entier ! Et pourtant, les milliers de communautés catholiques forment une unité. Comment est-ce possible ?

 

lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur le mystère de l'Eglise (7) 18 septembre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour !

Je reviens aujourd’hui encore sur l’image de l’Église comme mère. Cette image de l’Église comme mère me plaît beaucoup. C’est pourquoi j’ai voulu y revenir, parce qu’il me semble que cette image nous dit non seulement comment est l’Église, mais aussi quel visage devrait avoir toujours davantage l’Église, notre mère l’Église.

Je voudrais souligner trois choses, toujours en nous tournant vers nos mamans, à tout ce qu’elles font, ce qu’elles vivent, ce qu’elles endurent pour leurs enfants, en continuant ce que j’ai dit mercredi dernier. Je me demande: que fait une maman ?

 

lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur le mystère de l'Eglise (6) 11 septembre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour !

Nous reprenons aujourd’hui les catéchèses sur l’Église en cette « Année de la foi ». Parmi les images que le Concile Vatican ii a choisies pour nous faire mieux comprendre la nature de l’Église, se trouve celle de la « mère » : l’Église est notre mère dans la foi, dans la vie surnaturelle (cf. Const. dogm. Lumen gentium, 6.14.15.41.42). C’est une des images les plus usitées par les Pères de l’Église dans les premiers siècles et je pense qu’elle peut être utile pour nous aussi. Selon moi, c’est l’une des plus belles images de l’Église : l’Église mère ! Dans quel sens et de quelle manière l’Église est-elle mère ?

 

lire la suite, cliquez ici

Catéchèse sur le mystère de l'Eglise (5) du 26 juin 2013

Chers frères et sœurs, bonjour !

Aujourd’hui, je voudrais brièvement évoquer une autre de ces images qui nous aident à illustrer le mystère de l’Église : celle du temple (cf. Conc. œcum. Vat. II, Const. dogm. Lumen gentium, n. 6).

À quoi nous fait penser le mot temple ?

 

lire la suite, cliquez ici