Prier avec...

Saint Anthelme  (1163-1178)

La grande figure du XIIe siècle dans l’Ain est Saint Anthelme; Chartreux lui-même, il devient évêque de Belley de 1163 à 1178. Il lutte contre les abus et défend le peuple opprimé par le comte de Savoie.

 

Saint Patron de la Cathédrale de Belley, ou se trouvent ses reliques.

 

Chant à Saint Anthelme sur l'air de "Christ, roi du monde"

 

O Saint Anthelme

Tu es la lumière

De notre Eglise

Dont tu fus le Père

Ton peuple en fête

T'acclame et te chante

Gloire et louange à Dieu.

 

Grand Saint Anthelme 

Serviteur fidèle

Dans le silence

Ton Dieu se révèle

Dans la prière 

Sois notre modèle

Gloire et louange à Dieu.

 

O Saint Anthelme 

Toi si plein de zèle

Dans notre Eglise

Garde-nous fidèles 

Conduis ensemble

Vers Dieu notre Père

Ton peuple et son pasteur.

 

A Dieu la gloire 

Dieu le père Unique

A toi la gloire

Homme Dieu mon frère

A Dieu la gloire

Esprit, Fils et Père

Gloire et louange à Dieu.

 

Anthelme naît en 1106 au château de Chignin, dans une famille de la première noblesse de Savoie. Très tôt, l’évêque de Genève l’attache à son Eglise et le nomme prévôt du chapitre de Genève, il est aussi chanoine de l’Eglise de Belley.

En visite à la Chartreuse de Portes, en 1115, après une nuit écourtée par la réflexion et la prière, il demande à être reçu comme novice. En 1136, il revêt l’habit religieux et se distingue au cours de son  noviciat par sa ferveur et sa fidèle observance des rigueurs de la règle cartusienne. Anthelme est appelé à la Grande Charteuse par l’évêque de Grenoble pour prendre en charge la reconstruction du monastère détruit par une avalanche en 1132. Il s’applique à rétablir la discipline dans la communauté, quelque peu relâchée. En 1142, il convoque les prieurs à un chapitre général et devient le premier prieur général de l’Ordre des Chartreux. Chargé de l’hospitalité, sa piété envers les malheureux est incomparable.

En 1152, il abandonne la direction du monastère pour rentrer dans le silence de sa cellule. En 1153 il est rappelé à la Chartreuse de portes où il laisse un souvenir impérissable par sa bonté envers les affligés, sa compassion pour les persécutés, sa générosité à l’égard de tous. En 1158 il regagne sa cellule de la Grande Chartreuse. Il revient à Anthelme, humble chartreux une part considérable dans l’extinction du schisme d’Octavien qui  jette l’Eglise dans le trouble et la division. Louis VII roi de France au retour du concile de Toulouse vient le rencontrer et lui donne des marques de sa bienveillance royale.

En 1162, à la mort de Ponce III évêque de Belley, le nom vénéré d’Anthelme est prononcé pour lui succéder. Il proteste disant qu’il n’a aucune aptitude pour accomplir cette tâche. Il va à Bourges plaider sa cause, se rabaissant aux yeux de tous. Il lui faut obéir et reçoit l’ordination épiscopale le dimanche 8 septembre 1163 des mains du Souverain Pontife Alexandre III.

De retour à Belley il est  accueilli par la foule de belleysans venus lui témoigner joie et reconnaissance. Il sillonne son diocèse, prêchant inlassablement, répandant le feu de sa charité.

Par la douceur, la fermeté il instruit et sanctifie son clergé. Les réformes introduites dans le diocèse de Belley augmentent la réputation de sagesse et de sainteté d’Anthelme. En 1175, l’empereur Frédéric Barberousse lui octroie la « Bulle d’or » le déclarant prince du Saint-Empire et souverain de Belley et lui donnant tout pouvoir temporel sur la ville de Belley et son pays.

En 1178 saisi d’une fièvre aiguë il est alité et s’endort doucement le 26 juin 1178. Son corps revêtu de l’habit de chartreux  sur lequel reposent ses attributs d’évêque : la mitre, la croix pectorale l’anneau et le bâton pastoral, est exposé aux regards du public dans une chapelle de la cathédrale Saint Jean-Baptiste de Belley. Le souvenir des grandes vertus d’Anthelme font concevoir aux  belleysans que leur pasteur, leur apôtre est devenu leur protecteur.

 

 

Saint Ignace de Loyola

Prends Seigneur et reçois toute ma liberté, ma mémoire, mon intelligence et toute ma volonté. Tout ce que j’ai et tout ce que je possède, c’est Toi qui me l’as donné. Tout cela, Seigneur, je Te le rends. Tout est à Toi, disposes-en selon Ton entière volonté. Donne-moi seulement de T’Aimer, donne-moi cette grâce, elle seule me suffit.

Bienheureux Charles de Foucauld

Mon Père, je me remets entre Vos mains ; je m’abandonne à Vous, je me confie à Vous. Faites de moi tout ce qu’il Vous plaira ; quoi que Vous fassiez de moi, Je Vous remercie. Je suis prêt à tout, j’accepte tout. Pourvu que Votre volonté se fasse en moi, pourvu que Votre volonté se fasse en toutes vos créatures, je ne désire rien d’autre, mon Dieu.

 

Je remets mon âme entre Vos mains ; je Vous la donne, mon Dieu, avec tout l’amour de mon cœur, parce que je Vous aime, et que ce m’est un besoin d’amour de me donner. Je me remets entre Vos mains avec une infinie confiance, car Vous êtes mon Père.

Sainte Elisabeth de la Trinité

Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

O mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité!

 

Que rien ne puisse troubler ma paix ni me faire sortir de Vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère. Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel, votre demeure aimée et le lieu de votre repos; que je ne vous y laisse jamais seul, mais que je sois là tout entière, tout éveillée en ma foi, tout adorante, toute livrée à votre action créatrice.

 

O mon Christ aimé crucifié par amour, je voudrais être une épouse pour votre cœur; je voudrais vous couvrir de gloire, je voudrais vous aimer...jusqu'à en mourir! Mais je sens mon impuissance et je Vous demande de me revêtir de Vous-même, d'identifier mon âme à tous les mouvements de votre Âme; de me submerger, de m'envahir, de Vous substituer à moi, afin que ma vie ne soit qu'un rayonnement de votre Vie. Venez en moi comme Adorateur, comme Réparateur et comme Sauveur. O Verbe éternel, parole de mon Dieu, je veux passer ma vie à Vous écouter, je veux me faire tout enseignable afin d'apprendre tout de Vous; puis, à travers toutes les nuits, tous les vides, toutes les impuissances, je veux vous fixer toujours et demeurer sous votre grande lumière. O mon Astre aimé, fascinez-moi pour que je ne puisse plus sortir de votre rayonnement.

 

O Feu consumant, Esprit d'amour, survenez en moi afin qu'il se fasse en mon âme comme une incarnation du Verbe; que je Lui sois une humanité de surcroît, en laquelle il renouvelle tout son mystère.

 

Et vous, ô Père, penchez-Vous vers votre pauvre petite créature, ne voyez en elle que le Bien-aimé en lequel Vous avez mis toutes vos complaisances.

 

O mes Trois, mon Tout, ma Béatitude, Solitude infinie, Immensité où je me perds, je me livre à Vous comme une proie; ensevelissez-vous en moi, pour que je m'ensevelisse en Vous, en attendant d'aller contempler en votre lumière l'abîme de vos grandeurs.                    

Ainsi soit-il